Retour/Back

JOSEF GREINDL

Basse noble/ Lyric bass


Josef Greindl Josef Greindl : Hagen
Français (Munich, 1912 - 1993)
Il fait ses études de 1932 à 1936 à l'académie de musique de Munich sous la direction de Paul Bender et Anna Mildenburg. Ses débuts ont lieu en 1936 au théâtre municipal de Krefeld en Hunding de "Die Walküre". Il chante dans ce théâtre jusqu'à 1938, puis passe les saisons 1938 à 1942 à l'opéra de Düsseldorf, où il participe notamment en 1941 à la première de l'opéra "Die Hexe von Passau" d'Ottmar Gerster. C'est aussi en 1941 qu'il participa à la création de l'opéra "Das Schloß Dürande" d'Othmar Schoeck au Staatsoper de Berlin, avant d'y être ensuite engagé en 1942 par le directeur Heinz Tietjen. Il en restera membre jusqu'en 1948.
En 1948 il chante au Städische Opera de Berlin, dans lequel il se produira jusqu'en 1970 (dans en tout 1369 présentations). Enfin, il devient membre du Staatsoper de Vienne en 1956.
Sa carrière internationale débute pourtant aprés la fin de la deuxième guerre mondiale : aucun chanteur ne se produit aussi souvent que lui au festival de Bayreuth. En 1943, il y avait déjà donné Pogner dans "Die Meistersingern" (rôle qu'il reprendra au cours des éditions 1956-57 et 1959). Il y chante aussi le Landgrave de "Tannhäuser" (1954-55, 1961-62, 1964), Hans Sachs dans "Die Meistersingern" (1960-61, 1963-64), Daland dans le "Der fliegende Hollander" (1959-61, 1965), Gurnemanz (1954-57, 1959-60, 1962-64, 1966, 1968-69) et Titurel (1952-54, 1958-59, 1961) dans "Parsifal", le roi Heinrich dans "Lohengrin" (1953-54), le roi Marke dans "Tristan und Isolde" (1958, 1962-63), Fafner (1952-55, 1957-58, 1967), Fasolt (1956, 1966), der Wanderer (1965, 1967-68) et Hagen (1952-58, 1965-69) dans le Ring.
Aux festival de Salzbourg, il se produit en 1949-52 comme Sarastro de "Die Zauberflote", en 1950 comme Rocco de "Fidelio" et comme Commendatore dans "Don Giovanni".
Il a aussi fait une carrière de concertiste : Le 9/8/1949 il participe toujours à Salzbourg à la première de "Antigonae" de Carl Orffs et le 18/12/1948 au Städtischen Oper à "Circe" de Werner Egk. Dans ce même théâtre, il donne en 1959 la première allemande de "Moses und Aron" de Schönberg.
Hors des pays germaniques, il se produit avec grand succès à Londres et Paris (1955, en 1960), à la Scala de Milan et au Teatro Colón de Buenos Aires. En 1952 il débute au Metropolitan Opera de New York en roi Heinrich de "Lohengrin". Au festival de Schwetzingen, il participe en 1971 à la première de l'Opéra "Melusine" d'Aribert Reimann. Le 20/8/1973 il chantait encore au festival de Salzbourg pour la première de "De temporum fine Comoedia" de Carl Orff, dans les rôles du prologue et du chef de choeur.
Sa voix commence cependant à décliner dés 1960 (notamment ses aigus), et en 1961, il commence une carrière d'enseignant au conservatoire de Sarrebruck, puis en 1973 revêt une chaire de professeur au conservatoire de Vienne.
Son dernier engagement a lieu en 1981 au Deutschen Oper de Berlin en Waldner dans "Arabella" de Richard Strauss.
Sa fille Gudrun Greindl-Rosner fera également carrière à la scène et au concert.

Josef Greindl disposait d'une voix de basse expressive, profonde, puissante et hiératique, avec une déclamation trés claire. Il était aussi capable d'une certaine virtuosité et d'une belle intuition dans les rôles bouffes, ce qui fit de lui un des plus beaux Osmin, avec un RE1 du "Ah, wie will ich triumphieren" digne des grandes basses profondes.

Au disque, on peut l'entendre dans "Die Zauberflote", "Die Entfuhrung aus dem Serail", "Der fliegende Hollander" et "Lulu" d'Alan Berg chez DGG, "Martha" de Von Flotow chez Urania, "Der fliegende Hollander" et "Gotterdammerung" (à Bayreuth) chez Philips, "Das Reingold" et "Die Walküre" (Bayreuth 1952), "Tannhäuser" (Bayreuth 1954), "Die Meistersinger" (Bayreuth 1957) et "Parsifal" (Bayreuth 1960) chez Melodram, "Fidelio" à Salzbourg en 1950 chez CLS, "Die Zauberflöte" à Vienne en 1949 chez BWS-Hope, "Die Zauberflöte" à Salzburg en 1951 chez Fonit-Cetra, Il Commendatore de "Don Giovanni" chez Olympic-Laudis, "Die Entführung aus dem Serail" chez Decca, Moses dans "Moses und Aron" de Schönberg chez Stradivarius /Fono, ou encore "Prometheus" de Carl Orff chez RCA.
English